Normes et protocoles de prise en charge de l’infection par le VIH chez l’adulte et l’enfant en Guinée, PNPCSP / Solthis – UNICEF – GTZ – OMS – Dream – Global Fund – MSF, 2/2015

AVANT-PROPOS
Depuis 1999, près de 30.000 personnes séropositives ont bénéficié d’un traitement antirétroviral. L’Initiative Guinéenne d’Accès aux ARV(IGAARV) promulguée en 2003, a apporté un vrai élan de prise de conscience des politiques et des prestataires sur la nécessité que toutes les personnes séropositives du pays accèdent à un traitement ARV et/ou contre les infections opportunistes.
Initialement, les centres de Prise en charge par les ARV n’existaient qu’à Conakry. C’est à partir de 2003 avec la GTZ (devenue GIZ depuis janvier 2011) et plus tard avec MSF Belgique qu’on a assisté à l’ouverture de nouveaux centres de prise en charge à l’intérieur du pays, notamment à Mamou et à Guéckédou.
L’introduction du Parrainage en Guinée en 2007 a permis de renforcer les capacités des structures de Prise en Charge. On assiste alors à l’ouverture des nouveaux sites particulièrement dans tous les hôpitaux régionaux.
Depuis cette date, la décentralisation de la prise en charge a gagné du terrain avec l’appui des partenaires et les ONG (GIZ, Solthis, MSFB, Fonds Mondial, DREAM, AEDES, ASFEGMASSI, FMG et MPA).
Aujourd’hui, la Guinée compte 56 sites de Prise en charge des adultes et des enfants, 110 CDV et 257 sites PTME. Beaucoup d’efforts ont été faits pour couvrir le niveau préfectoral en sites de Prise en Charge, aujourd’hui on compte 26 préfectures couvertes sur 33.
Le Partenariat Public Privé a démarré en 2010 grâce à l’appui de la GTZ et Partenaires contre le sida à la Chambre des mines. Ceci a permis l’ouverture de 6 sites de prise en charge dans les zones minières du pays.
La prise en charge des PVVIH dans les Structures Privées et Associatives est un défi majeur pour le Programme National.
Les réunions (staff) régulièrement tenues dans les centres prescripteurs sont un lieu privilégié pour recevoir des informations-clés, échanger, maintenir les connaissances et prendre des décisions collégiales pour une gestion optimale des cas difficiles.
Etant donné la vie précaire des PVVIH dans la plupart des cas, il est important de leur assurer un accompagnement et un soutien dans le cadre de leur prise en charge ; cela serait possible grâce à une transition facilitée des rôles entre prestataires de services. Ceci garantirait la prévention du « burn out » et améliorerait significativement la qualité de la prise en charge.
Le Présent document de normes et protocole de prise en charge de l’infection par le VIH chez l’adulte et l’enfant tient compte des nouvelles directives de l’OMS 2013 en matière de prise en charge VIH.

Lire Plus