Curricula Harmonisés Des Diplômes dʼEtudes,Spécialisées dans les Sciences Médicales,Organisation Ouest Africaine de la Santé

L’Afrique supporte 25 % du poids de la maladie dans le monde alors qu’elle ne dispose que de seulement 3 % des personnels de santé. Le déficit en ressources humaines en santé est estimé à quatre (04) millions dans le monde dont un (01) million pour l’Afrique subsaharienne. Les causes identifiées sont essentiellement une absence de planification aboutissant à une inadéquation entre la demande de soins des populations et les ressources humaines en santé disponibles, ainsi qu’une formation initiale et/ou continue inadaptée.

Lire Plus

Etude Sur La Réforme De L’enseignement Et De La, Recherche En Santé Publique, Termes De Référence, Ministères de lʼEnseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique,1/2017

La conception et la performance des systèmes de santé sont désormais au cœur de l’action sanitaire mondiale. La promotion, la protection et la restauration de la santé de la population constitue une priorité nationale dans tous les pays. L’objectif de santé publique étant d’améliorer, préserver et promouvoir l’état de santé de la population, il va de soi que la cible primordiale est la population elle-même. L’instrument des gouvernements pour assumer cette lourde responsabilité est le système national de santé dont le personnel qualifié constitue le socle. Il est acquis aujourd’hui que sans un personnel qualifié capable d’assurer le fonctionnement avisé du système de santé, il soit impossible d’en améliorer la performance. Cette performance est fortement déterminée par les capacités de pilotage que démontrent les stewards aux postes décisionnels. Le faciès épidémiologique de la Guinée reste toujours dominé dans l’ensemble par les maladies infectieuses émergentes et réémergentes, les comportements à risques, les différents déterminants sociaux qui contribuent aux problèmes de santé, y compris, mais sans s’y limiter le vieillissement de la population et la demande de soins de longue durée. Tous ont des répercussions majeures sur les profils et les compétences appropriés des personnels de santé et sur leur gestion. Avec le vieillissement de la population, les progrès technologiques et l’augmentation de la demande en soins, les coûts de ces derniers deviennent de plus en plus inabordables et insoutenables. Dans notre pays la formation du personnel de santé n’est pas adaptée pour répondre à ces défis. Ceci est principalement dû à des programmes au contenu obsolète, statique et fragmenté; un facteur aggravé par un travail d’équipe inefficace, une compréhension étroite du contexte, des consultations épisodiques en vue de traiter les maladies des patients plutôt que des soins de santé en continu, un accent mis sur le traitement plutôt que sur la prévention des maladies et la promotion de la santé, le manque de compréhension des déterminants sociaux et culturels de la santé et le déséquilibre entre le personnel de santé et les besoins de santé. Parmi les autres défis à relever figurent les mesures appropriées pour préparer le déploiement et la fidélisation des étudiants là où ils sont le plus nécessaires, la disponibilité des emplois pour les diplômés dans un laps de temps raisonnable et la formation des étudiants dans les infrastructures cliniques marginales. La collaboration entre les établissements de formation du personnel de santé et les systèmes de prestation de soins est également insuffisante. Une vision nouvelle, une énergie redynamisée, de nouveaux acteurs et facteurs sont autant d’éléments à réunir pour traiter ces lacunes. L’étude sur le Projet de Réforme de l’Enseignement et de la Recherche en Santé (PRERS) est fondée sur cette nécessité pour renforcer les capacités avant tout humaines pour la mise au point un système durable de santé publique en Guinée.

Lire Plus

Termes de Référence Ministère de lʻEnseignement Supérieur Février 2017

La conception et la performance des systèmes de santé sont désormais au cœur de l’action sanitaire mondiale. La promotion, la protection et la restauration de la santé de la population constitue une priorité nationale dans tous les pays. L’objectif de santé publique étant d’améliorer, préserver et promouvoir l’état de santé de la population, il va de soi que la cible primordiale est la population elle-même. L’instrument des gouvernements pour assumer cette lourde responsabilité est le système national de santé dont le personnel qualifié constitue le socle. Il est acquis aujourd’hui que sans un personnel qualifié capable d’assurer le fonctionnement avisé du système de santé, il soit impossible d’en améliorer la performance. Cette performance est fortement déterminée par les capacités de pilotage que démontrent les stewards aux postes décisionnels. Le faciès épidémiologique de la Guinée reste toujours dominé dans l’ensemble par les maladies infectieuses émergentes et réémergentes, les comportements à risques, les différents déterminants sociaux qui contribuent aux problèmes de santé, y compris, mais sans s’y limiter le vieillissement de la population et la demande de soins de longue durée. Tous ont des répercussions majeures sur les profils et les compétences appropriés des personnels de santé et sur leur gestion. Avec le vieillissement de la population, les progrès technologiques et l’augmentation de la demande en soins, les coûts de ces derniers deviennent de plus en plus inabordables et insoutenables. Dans notre pays la formation du personnel de santé n’est pas adaptée pour répondre à ces défis. Ceci est principalement dû à des programmes au contenu obsolète, statique et fragmenté; un facteur aggravé par un travail d’équipe inefficace, une compréhension étroite du contexte, des consultations épisodiques en vue de traiter les maladies des patients plutôt que des soins de santé en continu, un accent mis sur le traitement plutôt que sur la prévention des maladies et la promotion de la santé, le manque de compréhension des déterminants sociaux et culturels de la santé et le déséquilibre entre le personnel de santé et les besoins de santé. Parmi les autres défis à relever figurent les mesures appropriées pour préparer le déploiement et la fidélisation des étudiants là où ils sont le plus nécessaires, la disponibilité des emplois pour les diplômés dans un laps de temps raisonnable et la formation des étudiants dans les infrastructures cliniques marginales. La collaboration entre les établissements de formation du personnel de santé et les systèmes de prestation de soins est également insuffisante. Une vision nouvelle, une énergie redynamisée, de nouveaux acteurs et facteurs sont autant d’éléments à réunir pour traiter ces lacunes. L’étude sur le Projet de Réforme de l’Enseignement et de la Recherche en Santé (PRERS) est fondée sur cette nécessité pour renforcer les capacités avant tout humaines pour la mise au point un système durable de santé publique en Guinée.

Lire Plus

Stratégie nationale sur la Charge Virale en Guinée, PNSLH, 09/2018

Objectif : constituer une baseline pour évaluer le
niveau de mise en oeuvre de la CV au niveau national
Perspective : Actualiser la scorecard tous les ans
lors de la révision de la SNCV
Méthode :
15 critères : coordination, couverture, M&E…
Notes attribuées : de 1 à 4, à partir d’éléments
objectifs explicites
1 = faible et 4 = fort

Lire Plus