De l’épidémie d’Ebola à la pandémie de corona virus: une analyse situationnelle en Guinée – Rapport de recherche Vers. 1.1, CEA-PCMT, Enabel, 7/2020

Financement Demande

RESUME

Dans cette enquête transversale qui a concerné 13 districts sanitaires du pays, les informations sur les connaissances, attitudes, et preception du risque sur la maladie de Covid-19, ainsi que sur la disponibilité des équipements de protection individuelle (EPI) et les pratiques de soins dans le contexte de la maladie à Coronavirus ont été couvertes par l’étude.

L’étude comportait deux volets (quantitatif et qualitatif) menés aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays.

Au total 197 responsables des services ou autorités sanitaires (79 à Conakry et 118 à l’intérieur du pays), 1058 prestataires de Santé (475 à Conakry et 583 à l’interieur du pays) dans 169 formations sanitaires, 107 Agents de santé communautaires et relais communautaires (ASC/RECO) à l’interieur du pays et 3385 personnes du grand public issus des diverses couches socioprofessionnelles (1644 à Conakry et 1741 à l’interieur du pays) ont pris part à cette étude.

Les principaux Constats sont : 

Connaissance des participants sur le Coronavirus

  • Le germe responsable et les type de maladies causées par le Coronavirus restent bien connus par plus de huit prestataires sur dix interrogées. Cependant plus de la moitié des prestataires ignorent l’agent vecteur de la maladie. Toutefois, à Conakry, (34,1%) des personnes interviewées contre (19,7%) à l’intérieur du pays ont cité le pangolin comme agent vecteur de la maladie.
  • Tous les ACS/RECO rencontrés ont déjà entendu parler de Covid-19 et (54,2%) d’entre eux savent que la maladie à coronavirus est une pathologie respiratoire. Cependant (98,1%) ne connaissent pas l’agents vecteur. La chauve-souris et le Pangolin ont été cités par seulement (1,8%) des enquêtés.
  • La grande majorité des personnes du grand public enquêtées (98,1%) ont déjà entendu parler du Covid19 et savent que c’est une maladie grave. Cependant plus d’un quart (26%) des personnes interrogées dans les deux zones ne connaissent pas les agents vecteurs de la maladie à coronavirus. La chauve-souris et le pangolin ont été cités par (13,3%) des personnes interviewées. Plus de la moitié des personnes enquêtées (55,8%) dans les deux zones savent que la maladie à coronavirus est une pathologie respiratoire.

Connaissance du mode de transmission

  • La transmission interhumaine de la maladie reste le mode de transmission le plus connu par les les participants avec respectivement (81%), (86%) et (79%) pour les prestataires, ACS/Relais et les personnes du grand pubic . Cependant, les autres modes de transmission comme les objets et surfaces infectés restent peu connus surtout parmi les ASC/Relais Communauataires et les personnes du grand public de l’interieur du pays.

Connaissance de la définition d’un Cas suspect

  • La notion de contact ainsi que la définition des cas suspect tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays reste connue par plus de la moitié des prestataires. En effet, (55%) des prestataires de soins interrogés à Conakry et à l’intérieur du pays définissent un cas suspect comme étant : une personne qui présente une fièvre de 38°C associée à une toux et une notion de contact avec un cas confirmé ou probable ou une personne ayant une Infection Respiratoire Aigüe (IRA) sévère avec un antécédent de séjour dans un pays affecté ou ayant été en contact avec un cas probable.

 Connaissance des signes cliniques

  • Les signes cliniques de la maladie à coronavirus comme la toux et la fièvre restent bien connus par près de neuf ASC/RECO sur dix, dans le grand public ces signes sont connus par huit personnes sur dix. Cette connaissance est plus élevée à Conakry (zone plus affectée) qu’à l’interieur du pays (Zone peu afffectée)

Mode de Prévention du Covid-19

  • Les modes de prévention de la maladie á coronavirus reste bien connus par la grande majoirté des personnes interviewées dans les deux zones enquetées (Conakry et à l’intérieur du pays). Le lavage régulier des mains avec du savon ou une solution hydro alcoolique est décrit comme principal mode de prévention de la maladie a coronavirus. Les autres moyens comme éviter de se serrer les mains et maintenir la distance d’au moins un mètre restent également connus par près des deux tiers des prestataires enquêtés.

Attitude et Pratique des personnes du grand public vis-à-vis du covid.19

  • La majorité des personnes interrogées a déclaré qu’elle informera immédiatement le personnel de santé si elle présentait les signes qui ressemblent aux symptome du Covid-19. Près de 88% des personnes interrogées à Conakry et 79,3% des personnes interrogées à l’intérieur du pays ont dit posséder un kit de lavage des mains à domicile.

Perception des autorités sanitaires et les prestataires sur le risque et la vulnérabilité face au COVID-19 en Guinée

  • Plus de la moitié des autorités sanitaires interrogées pensent que les personnes âgées sont plus susceptibles de contracter le COVID-19 contre 40,1% qui affirment que le risque de contracter la maladie est le même au sein de toute la population. La majorité déclare que toutes les races (63,6%) et tous les groupes socio-économiques (76,6%) sont susceptibles de contracter la maladie s’ils sont exposés aux mêmes risques.
  • Pour leur degré de satisfaction sur l’organisation des activités de riposte menée par l’état à travers l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS), plus de 50% ont déclaré ne pas du tout être satisfait de la riposte. Parmi les motifs d’insatisfaction avancés : la faible qualité du suivi des contacts, le manque d’Equipements de Protection Individuel (EPI) pour le personnel de santé, le non-respect de l’État d’urgence sanitaire, l’achat de bavette par les personnels, la non implication du personnel médical dans la prise en charge, la faiblesse de la communication autour de la maladie.

Perception du risque par le personnel de santé

  • Plus de la moitié des prestataires trouve que les personnes âgées sont plus susceptibles de contracter le COVID-19 (52,4%). La majorité des prestataires pense également que les personnes agées sont les plus a risque de mourir de la maladie à coronavirus (74,6%). Plus de 45% pensent que toutes les catégories professionnelles courent le même risque vis-à-vis du covid-19. Toutefois, 42% des prestataires estiment que le personnel de santé présente le risque le plus élevé de contracter la maladie a coronavirus.

Perception du grand public sur le Covid19

  • La majorité des personnes interrogées à Conakry et à l’intérieur du pays déclare que toutes les races présentent les mêmes risques de développer le Covid-19. Cependant, 31,2% des personnes interrogées à Conakry et 40,7% de celles interrogées à l’intérieur du pays pensent que la race blanche présente plus de risque de contracter le Covi-19. En plus, 55% des personnes interrogées à l’intérieur du pays déclarent que la race blanche est plus à risque de mourir de la maladie que les autres races.
  • Plus de deux personnes sur cinq interrogées à Conakry (45,5%) et à l’intérieur du pays (43%) déclarent que tout le monde présente le même risque de contracter la maladie, mais les perosnnees agées sont encore plus vulnerables à la maladie que les autres.
  • Pour les personnes du grand public, toutes les catégories professionnelles présentent les mêmes risques. Cependant, (17 ,7%) des personnes interrogées à Conakry et 16% à l’interieur du pays estiment que le personnel de santé présente le plus grand risque suivi des personnalités administratives et politique.

Perception du grand public sur les mesures de restriction prises par l’Etat

  • La majorité des personnes rencontrées declare être d’accord avec les mesures et restrictions prises par l’état notamment la fermeture des lieux de cultes (mosquées et église, la réduction du nombre de passagers dans les transports en commun, l’interdiction de sortir de Conakry, la fermeture des écoles)

Préparation et Riposte selon les Responsables des Structures

  • 64% des responsables de structures sanitaires declarent n’avoir reçu aucun matériel de prévention et de lutte contre la maladie à coronavirus. Toutefois, la présence de kits de lavage des mains devant ces structures a été observée au niveau de toutes les structures santinaires visitées. Dans les zones moins affectées par le Coronavirus, 77% des responsables affirment que leurs structures n’ont reçu aucun matériel de protection individuelle.
  • 42% des structures avaient mis en place un comité fonctionnel de gestion du COVID-19

Préparation des responsables des structures de santé face à la pandémie du covid-19

  • 77% ont déclaré avoir reçu un document d’orientation sur la riposte contre le COVID-19. À Conakry, 33% des structures n’ont pas reçu de directives bien que cette zone soit le principal foyer de Covid-19 en Guinée. Quant à l’intérieur du pays, 84% des responsables (autorités sanitaires) ont déclaré avoir reçu des directives venant du niveau supérieur.
  • 63,5% des structures visitées ont mis en place un système de tri à la rentrée. La capacité de gestion reste cependant faible dans l’ensemble car seulement 24% des structures ont du personnel formé au diagnostic, ç% disposent d’un kit de prélèvement et 6% ont la capacité de faire un diagnostic ou de transporter l’échantillon vers Conakry.

Formation, préparation et riposte selon les prestataires

  • 85% des prestataires interrogés à l’intérieur du pays et 84% à Conakry n’avaient bénéficié d’aucune formation sur la Prévention et le Contrôle des Infections (PCI) au cours des derniers mois precédant la collecte des données.
  • 70% des prestataires enquêtés (intérieur du pays et Conakry) n’avaient reçu aucun équipement de protection individuelle contre la maladie à coronavirus lors du passage des équipes de collecte des données. Cette proportion est plus élevée à l’intérieur du pays (74%) qu’à Conakry (67%) qui reste néanmoins la zone la plus affectée par l’Epidémie de la maladie á Coronavirus.
  • Près de huit prestataires sur dix s’accordent à dire que les quantité des EPI disponibles (Gants, Bavette, Savon ou solution hydro-alcoolique pour un mois) sont largement insuffisantes pour  couvrir les besoins pendant cette période d’Epidémie
  • 73% des prestataires dans l’ensemble ont déclaré n’ avoir jamais entendu parler du guide de prise en charge du Civid-19 élaboré par l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (ANSS).
  • La majorité des informations reçues par les prestataires de soins sur le Covid-19 s’est faite à travers les médias et internet.
  • La majorité des prestataires (92% à Conakry et 91% à l’intérieur) ont déclaré n’avoir reçu aucune formation sur la prévention et la prise en charge du Covid-19. Quant aux directives nationales sur la prévention de la maladie à coronavirus.
  • En terme de prise en charge des personnes suspectées de Covid-19, (76%) des prestataires interrogés à Conakry et (75%) à l’intérieur du pays déclarent que leurs structures sanitaires ne disposent pas d’un espace aménagé pour isoler les cas suspects de Covid-19.

Institution Impliquées Dans La Riposte En Guinée

  • L’ANSS est l’institution qui a été citée comme la plus impliquée dans la riposte par (85%) des personnes interrogés. Cependant les responsables des structures privées ont déclaré que l’ANSS n’était pas du tout impliqué à leur niveau.
  • 77% des responsables (autorités sanitaires) ont affirmé l’implication de l’Organisation Mondiale de la Santé dans la riposte au niveau de leurs structures aussi bien à Conakry qu’à l’intérieur du pays.
  • Les autres institutions impliquées à des niveaux variables sont. L’INSP (23%), CEA-PCMT (15,2%), CERFIG (14,7%), Présidence (23,4%), Primature (18,23%) et ENABEL (12,2%)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *