Sécurité, prévention des traumatismes/ Intoxications

Intoxications Sécurité, prévention des traumatismes

Une intoxication est un ensemble de troubles du fonctionnement de l’organisme dus à l’absorption d’une substance étrangère, dite toxique, d’origine biologique, physique ou chimique.

Elle peut être aigüe ou chronique.

L’absorption du toxique peut se faire

•    par inhalation (aspiration, respiration d’un aérosol (gaz ou vapeur, brouillard, fumée) ou de poussières).

•    par ingestion (boire, manger).

•    par contact cutané (soit effraction cutanée par plaie ou brûlure, soit par diffusion à travers le derme et l’épiderme).

•    par injection directe dans le sang (voie parentérale, autrement dit tout ce qui est piqûre ou cathéter).

On distingue :

•    les intoxications alimentaires, principalement dues au développement de germes (comme le botulisme) ou à l’absorption d’un produit non comestible (comme certains champignons).

•    les intoxications médicamenteuses, par utilisation d’un médicament inadapté, ou une absorption excessive (Overdose).

•    la toxicomanie, intoxication volontaire avec un phénomène d’accoutumance et de dépendance (dont l’alcoolisme, le tabagisme, la cocaïnomanie, l’héroïnomanie, la morphinomanie, l’éthéromanie).

•    l’empoisonnement, l’administration d’un poison à des fins criminelles, ou mécanisme de défense de la part d’une plante ou d’un animal (venin).

•    l’asphyxie, qui peut être une conséquence d’une intoxication, mais n’est pas en soi considérée une intoxication (bien qu’elle induite une intoxication de l’organisme par son propre gaz carbonique). L’absence de dioxygène, par exemple une atmosphère de diazote ou de dioxyde de carbone est asphyxiante mais pas toxique, par contre, une faible teneur de monoxyde de carbone dans l’air est toxique, mais non-asphyxiante.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Intoxication

Lien interne sur l’intoxication

Symptômes

Lorsqu’il n’y a aucun témoin de l’ingestion d’un produit toxique, une intoxication doit être suspectée devant tout symptôme survenant de manière brutale et sans explication :

  • Diminution de la conscience ou troubles du comportement ;
  • Difficultés respiratoires ;
  • Pupilles dilatées ou rétractées ;
  • Douleurs abdominales, vomissements, diarrhée ;
  • Douleur à la déglutition ;
  • Écoulement salivaire par la bouche.

Par ailleurs, une odeur d’alcool ou de produit dans l’haleine ou sur la peau, la consommation récente d’aliments suspects ou la présence de boites de médicaments vides ou d’un flacon de produit chimique ouvert évoquent une intoxication.

Traitement

Devant une intoxication, il faut :

  • Évaluer la gravité de l’intoxication ;
  • Effectuer certains gestes de premiers secours ;
  • Indiquer le lieu exact de l’accident ;
  • Décrire aussi précisément que possible les signes de l’intoxication, l’heure à laquelle ils ont débuté et leur évolution dans le temps ;

    Il faut positionner la victime en position latérale de sécurité, c’est-à-dire la tourner sur le côté, la tête plus basse que le corps pour éviter tout étouffement.

    Lorsque la victime est consciente, il faut recueillir un maximum d’informations, et rassembler les emballages et leurs notices. Il faut ensuite contacter le centre antipoison qui demandera :

  • L’âge, le poids et la taille de la victime ;
  • Les éventuelles maladies présentes ;
  • Les circonstances de l’intoxication, si elle est volontaire ou accidentelle ;
  • Le ou les produits ingérés, si possible le nom et la quantité prise ;
  • L’heure de l’intoxication et sa durée ;
  • Les éventuels symptômes (vomissements, transpiration, douleurs abdominales, convulsions, etc.).

En cas d’hospitalisation de la victime, il faut emporter le reste du produit ingéré, son ou ses emballages, la notice et les étiquettes afin de permettre à l’équipe médicale d’identifier rapidement la cause de l’intoxication.

A ne surtout pas faire en cas d’intoxication :

  • Faire boire du lait à la victime (il contient des graisses qui peuvent accélérer l’absorption du produit dans l’organisme) ;
  • Faire boire de l’eau (il peut faire mousser le produit ingéré) ;
  • Faire vomir (si le produit est caustique, il brûlera l’œsophage et la bouche une deuxième fois lors du vomissement) ;
  • Laisser la victime sans surveillance ;
  • La prise en charge médicale de la majorité des intoxications est symptomatique. Parfois, elle peut être complétée par l’administration d’antidotes spécifiques.

Un lavage gastrique peut être entrepris par les équipes médicales lorsque le produit ingéré à un potentiel toxique fort et à condition que la victime ait été prise en charge suffisamment rapidement pour que le toxique soit toujours au niveau de l’estomac. Cette pratique est totalement contre-indiquée en cas d’ingestion de produits caustiques en raison d’un risque de majoration des lésions, de toxiques convulsivants ou de solvants à risque d’aspiration pulmonaire. Lorsque la victime est inconsciente ou somnolente, le lavage est impérativement effectué sous intubation endotrachéale et protection des voies respiratoires.

https://www.sante-sur-le-net.com/sante-quotidien/accidents-vie-courante/intoxication

Prévention des intoxications

Prévention des intoxications au CO :

  • Entretenir et veillez au bon usage des installations de chauffage,
  • Installer un détecteur de monoxyde de carbone si possible,
  • Faire ramoner sa cheminée tous les ans,
  • Respecter scrupuleusement les modes d’emploi des appareils de chauffage.
  • Devant la survenue :
  • Aérer immédiatement les locaux en ouvrant les portes et les fenêtres tout en retenant sa respiration,
  • Couper l’alimentation en combustible de l’appareil en cause,
  • Sortir des locaux et ne les réintégrer qu’après le passage d’un professionnel qualifié qui recherchera la cause de l’intoxication et proposera les travaux à effectuer.

Prévention des intoxications médicamenteuse :

  • Ranger systématiquement les médicaments dans une armoire en hauteur, fermée à clé,
  • Ne pas garder de médicaments dans le sac à main ou à portée de main,
  • Respecter les doses prescrites par le médecin ainsi que les délais entre chaque prise,
  • Lire attentivement les notices d’utilisation,
  • et enfin, ne jamais présenter un médicament comme un bonbon !

Prévention des intoxications par produits ménagers :

  • Ranger toujours les produits ménagers et de bricolage en hauteur, hors de la portée des enfants et si possible dans un placard fermé à clé,
  • Equiper les portes des placards de fermeture de sécurité afin que l’ouverture de ceux-ci soit délicate pour les enfants,
  • Expliquer à l’enfant les dangers que représentent ces produits et l’éloigner lors de leurs utilisations,
  • Ne jamais transvaser un produit ménager dans une autre bouteille,
  •     Utiliser des produits munis de bouchons de sécurité.
  • Devant une intoxication :
  • Cela peut surprendre mais il ne faut rien faire en premier abord,
  • Il faut garder son calme et alerter en appelant le 15 (SAMU) ou le centre antipoison le plus proche du domicile au plus vite, et suivre les instructions,
  • Il ne faut surtout pas faire vomir l’enfant (le produit a déjà brûlé le tube digestif au premier passage, et le brûlera au deuxième),
  • Ne pas donner à boire ni à manger (le produit ira encore plus vite brûler les intestins),
  • Attention se méfier des idées reçues, le lait n’est pas un antipoison.

En fonction des éléments fournis à l’équipe du SAMU sur l’état de santé de l’enfant, celui-ci restera au domicile, devra passer une consultation médicale, ou encore être amener au plus vite aux urgences afin qu’un traitement soit mis en place, comme le traditionnel lavement d’estomac.

En cas de projection d’un produit dangereux dans les yeux ou sur la peau, rincer immédiatement, abondamment et longuement plusieurs minutes à l’eau claire.

Intoxications par les végétaux et plantes :

  • Placer les plantes d’intérieur ou d’extérieur en hauteur, non à la portée des enfants, et ne laisser pas les enfants y toucher,
  • Les enfants réagissent beaucoup plus vite aux substances toxiques que les adultes.
  • Il convient donc d’agir dans l’urgence en appelant le centre antipoison le plus proche ou les secours par le 15 SAMU, la solution étant bien souvent le lavage gastrique à l’hôpital.

    Exemples de plantes toxiques : muguet, ficus, philodendron, azalées, rhododendrons,

Source : Université Médicale Virtuelle Francophone- les accidents domestiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *