Technologie Produits santé

Informations système santé Technologie Produits santé

Les produits de santé sont régis par trois documents essentiels : la Politique Pharmaceutique Nationale, la Politique de Biologie Médicale et la Politique de Transfusion Sanguine.

Les produits médicaux :sont gérés dans un cadre de référence dénommé Politique Pharmaceutique Nationale (PPN). Cette politique pharmaceutique nationale élaborée en 1994 et révisée en 2007 vise à améliorer la disponibilité, l’accessibilité, l’assurance qualité et l’usage rationnel du médicament.

Sur le plan institutionnel, l’administration pharmaceutique est assurée au niveau central par une Direction Nationale de la Pharmacie et des Laboratoires et aux niveaux intermédiaires et périphériques par l’Inspection Régionale de la Pharmacie et la Section Pharmacie et Laboratoires des DPS. Les autres organes et institutions d’appui sont : le Laboratoire National de Contrôle de Qualité des Médicaments et la Commission Nationale du Médicament.

Le sous-secteur pharmaceutique public : Le sous-secteur pharmaceutique public est constitué de la Pharmacie Centrale de Guinée (PCG), des Pharmacies des hôpitaux publics et des points de vente des formations sanitaires de base. La Pharmacie Centrale de Guinée est un Etablissement Public à Caractère Industriel et Commercial (EPIC) créé en 1992. Elle a pour mission l’approvisionnement et la distribution des produits et consommables médicaux. Placée sous tutelle du Ministère de la santé, elle jouit d’une autonomie de gestion. Elle comprend un dépôt central et six dépôts régionaux (Conakry, Boké, Labé, Kankan, Faranah et N’Nzérékoré).

Le sous-secteur privé pharmaceutique : Il est constitué par une (1) Unité de production de ME génériques, deux (02) Unités de production de médicaments à base de plantes médicinales, cinquante (50) sociétés grossistes répartiteurs, toutes basées à Conakry, 408 officines agréées dont 348 dans la capitale, 40 points de vente privés, 34 agences de promotion enregistrées

Le sous-secteur informel : A côté de ces structures officielles d’approvisionnement, il existe malheureusement une contrebande qui alimente le marché illicite de produits pharmaceutiques et qui de nos jours gagne des proportions inquiétantes. Les sources d’approvisionnement de ce marché illicite sont très diverses : l’importation clandestine, le détournement des commandes des structures de soins publiques, des échantillons médicaux « gratuits » et des dons de médicaments. Il convient de signaler également la mauvaise répartition des structures pharmaceutiques privées (une officine pour 10 000 habitants à Conakry contre une officine pour plus de 100 000 habitants à l’intérieur du pays).

Dans le domaine de l’usage rationnel du médicament : les insuffisances en matière de formation et d’information des prescripteurs et l’influence négative de la promotion médicale conduisent à des mauvaises prescriptions de médicaments. La non-utilisation des outils d’aide à la prescription rationnelle (protocoles thérapeutiques, guide thérapeutique national, ordinogramme) et la mauvaise dispensation des médicaments compromettent l’usage rationnel et la gestion des médicaments.

La gestion des vaccins du Programme Elargi de Vaccination : relève de la Coordination Nationale du PEV/SSP. Le chargé de la logistique des vaccins et des chaines de froid est placé sous la responsabilité directe du chef de la section Immunisation. A chaque niveau de la pyramide sanitaire, il existe un chargé de la logistique et de la chaine de froid.

L’approvisionnement en vaccins du PEV relève du gouvernement Guinéen appuyé par les partenaires à travers, entre autres, l’accord sur l’initiative d’indépendance vaccinale.

La biologie médicale : est un outil efficace et indispensable de diagnostic, d’exploration et de thérapeutique dans le domaine de la médecine et des disciplines connexes. La Direction Nationale de la Pharmacie et des Laboratoires est l’organe de tutelle des laboratoires de biologie médicale. A travers la section biologie, elle assure la conception et la mise en œuvre de la politique de biologie médicale, propose les avis d’autorisations d’ouverture des laboratoires privés et assure la supervision et le contrôle des activités19. Les laboratoires qui interviennent dans le cadre de la biologie médicale sont organisés de façon pyramidale et sont le plus souvent intégrés dans les structures de soins qu’ils appuient.

La politique nationale de transfusion sanguine : est le cadre de référence qui définit les règles et les statuts Officiels applicables à l’organisation de la transfusion sanguine sur toute l’étendue du territoire. Elle a pour but de couvrir les besoins du pays en sang et produits sanguins.

Le Centre National de Transfusion Sanguine : est un Service rattaché du Ministère de la Santé et qui a pour mission la conception et la mise en œuvre de la politique du gouvernement en matière de transfusion sanguine. Son rôle est d’assurer la coordination, la mobilisation des ressources, la formation, la supervision, l’évaluation et la recherche. Il doit veiller à la sécurité transfusionnelle par la mise en place de structures organisées, équipées et promouvoir le don de sang à l’échelle nationale.

Source :Plan National de Développement Sanitaire 2015-2024

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *